Écriture de la musique

Règles générales

Autant il est indispensable de respecter strictement la syntaxe des indications de configuration pour que harpoTab puisse générer une tablature répondant à vos besoins, autant les règles de saisie de la musique sont moins strictes tant qu’elles respectent celles de Lilypond.

Néanmoins toutes les explications qui vont suivre considèrent que les données musicales sont situées dans des variables portant les noms suivants ;

  • la mélodie du morceau se trouve dans une variable nommée Melody ;

  • si vous saisissez le morceau sous forme de tablature, ce sera dans Tablature ;

  • les accords du morceau se trouvent dans une variable nommée Chords.

Autres noms

Il est parfaitement possible de choisir d’autres noms de variables à condition de les modifier partout où ils apparaissent. Donc, l’avertissement d’usage vaut ici aussi : ne changez rien sauf si vous savez très exactement ce que vous faites…

Écriture de la mélodie

Saisissez celle-ci de la façon habituelle, dans la variable Melody. Vous devrez cependant penser à ajouter là où elles sont nécessaires les indications dont l’explication suit.

Notes alternatives

Les notes alternatives sont indiquées en exposant de la note par défaut, avec les caractéristiques suivantes, quelque soit le type de tablature choisi :

  • les altérations seront affichées après le numéro de trou (‘ ou ∘) ;

  • le sens de jeu (aspirer ou souffler) sera indiqué uniquement avec un signe moins devant une note aspirée ;

  • l’indication de tirette (piston) se fera uniquement avec un cercle autour du numéro.

Pour imposer une note alternative si la note par défaut ne correspond pas au trou que l’on veut utiliser, il suffit de l’indiquer dans la partition avec un \1 pour la première note alternative et \2 pour la deuxième.

Exemple : g,4\1 pour jouer le sol grave en aspirant dans le deuxième trou au lieu de souffler dans le troisième. Si l’affichage des notes alternatives est activé celui-ce se mettra à jour, note par défaut deviendra alternative et sera affichée comme telle.

En réalité, on peut saisir n’importe quel chiffre différent de 0 pour afficher la note alternative. Cependant, s’il y a deux notes alternatives et que l’on veut la première, il faudra impérativement saisir un 1.

Note inexistante

Au cas où une note n’existerait pas pour la tonalité et la configuration d’accordage sélectionnées, le numéro de trou sera remplacé par un ? rouge.

Signes d’interprétation

Ils s’utilisent comme tous les autres signes d’interprétation, en faisant suivre la note de leur indication : note\code.

Notes fantômes

On utilisera l’instruction \gn (comme ghost note) avant la ou les notes à transformer ainsi : \gn note ou \gn {note1 note2 …} pour traiter plusieurs notes successives.

Ceci aura pour effet de transformer les têtes de note en x et d’afficher également ce x sur la ligne de tablature (que sa visibilité soit activée ou non).

L’indication de note fantôme doit se faire avant la note, puisqu’il s’agit de remplacer la tête de note habituelle par un x.

Accords

On parlera d’accord dès que plusieurs trous sont utilisés simultanément, avec ou sans blocage de langue sur une ou plusieurs notes.

La notation se fera comme tout accord, entre <>. Exemple : <c e g b>. Les numéros de trou seront affichés entre parenthèses: (2345).

Blocages de langue

Pour indiquer un blocage de langue, que ce soit dans un accord ou non, et quelle que soit la forme du blocage (en U ou non), il faudra explicitement indiquer le(s) trou(s) bloqué(s) avec l’indication \block : <c e\block g\block b>, ce qui aura pour effet d’afficher l’accord ainsi sur la tablature : (2345).

Si une indication telle que \block vous semble trop longue à saisir et que vous voulez \tb à la place, ajoutez une ligne contenant tb=\block dans votre fichier au-dessus de la variable Global. Ne faites pas cette modification ailleurs, harpoTab n’aimerait pas trop…

Signes spécifiques à l’harmonica

Description

Code

Symbole

Position

Attaque par en dessous (dip bend)

\atdn

Avant

Faire pleurer en descendant (attaque du haut)

\atup

 ⤵

Après

Tongue slapping

\slap

v

Centré

Coup sec de la main sur le coté de l’harmonica

\tap

Avant

Arrêt net de la note

\stop

Après

Déplacement latéral avec la tête ou l’harmonica

\sld

Centré

Déplacement latéral par le mouvement de la langue

\slt

Centré

Flutter Tongue

\flt

Centré

Pour tous ces symboles on pourra personnaliser le caractère à utiliser et sa position.

Glissandos

Ils seront notés de façon habituelle dans Lilypond, avec \glissando. Il est possible de les faire démarrer d’une note invisible (\hideNotes) qui devra cependant être indiquée. Ils seront transcrits avec des flèches ↑ et ↓ dans la tablature, avec ou sans le numéro de trou de la note de départ selon que la note est cachée ou non.

g8\glissando c note cachée : \hideNotes c,8\glissando \unHideNotes c’

Habillage

On peut transformer le glissando (dans la partition uniquement) en zig-zag en décommentant l’instruction \override Glissando #’style = #’zigzag dans la variable Global.

Vocalisation de consonnes et autres sons

Toutes ces indications sont trop nombreuses et trop précises pour se satisfaire d’un simple symbole, on utilisera par conséquent un markup explicite qu’il faudra positionner avec un ^ ou un _ en fonction du système de tablature utilisé et de la note à laquelle elle s’applique : do4_”Tah hooka tooka hooka” ou do4^”Wah” pour les effets de Wah-Wah, “Rrrl” pour les roulements de la langue, “Grrr” pour les roulements de gorges (ou grognements)…

Vous avez toute liberté pour vous exprimer.

Rendu graphique de la mélodie

Afin d’avoir une partition qui ne contienne pas les éventuelles indications de notes alternatives, altérations et autres, lesquelles sont inutiles à ce niveau, il suffit d’utiliser le contexte prédéfini nommé melodyStaff, de la façon suivante :

\new Staff \with { \ melodyStaff } << \transpose \songTone \harmoTone \Melody >>

La commande \transpose \songTone \harmoTone permet d’obtenir automatiquement la partition dans la tonalité désirée, comme expliqué plus haut.

Contexte

Le contexte melodyStaff, ainsi que tous les autres contextes, est défini à la fin du fichier harpoTab.ly. Il est possible de les y modifier, si les réglages par défaut ne vous conviennent pas et que vous savez quoi écrire et où…

Rendu graphique de la tablature

Pour transformer la partition en tablature, il suffit d’utiliser la fonction \harpoTab, associée à son contexte prédéfini :

\new Staff \with { \tabStaff } << { \ harpoTab \Melody } >>

Il ne faut pas à cet endroit indiquer d’instruction de transposition, celle-ci se faisant obligatoirement de songTone vers le do, elle est directement prise en charge par la fonction mkTab. Par contre, comme indiqué plus haut, il pourra être nécessaire, selon les tonalités de départ et d’arrivée, de jouer sur les octaves de songTone et harmoTone, voire la note de référence de la mélodie (celle qui suit l’instruction \relative).

Les effets de ces modifications sont les suivants :

  • modifier uniquement harmoTone ne changera pas la tablature, mais la partition, et ce dans le même sens que harmoTone;
  • modifier songTone et harmoTone de la même façon ne changera aucunement la partition mais décalera la tablature dans le même sens ;

  • modifier uniquement songTone changera à la fois la partition et la tablature, mais en sens inverse : la tablature suivra le sens de songTone, et la partition fera l’inverse, ce qu’on peut compenser en jouant de la même façon sur \relative.

Valeurs par défaut

Elles donneront dans la majorité des cas un résultat satisfaisant, sinon il faudra probablement adapter au cas par cas.

Affichage des accords

Les accords seront classiquement écrits dans une variable Chords, qui sera affichée de façon habituelle avec un Staff ChordNames placé au-dessus de la portée :

\new ChordNames { \transpose \songTone \harmoTone \Chords }

Cette notation permettra la transposition automatique des accords également.

On utilisera également selon ses habitudes soit :

\set chordChanges = ##t

pour indiquer que le nom des accords doit ou non être répété à chaque mesure même s’il ne change pas, ou :

\frenchChords

qui affiche le nom des accords en français.

Bookmarquez le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *